Première séance de la nouvelle direction des Verts suisses La direction des Verts veut mener d’autres actions contre TISA et TTIP

Economie verte, sortie programmée du nucléaire, aliments équitables au lieu de TISA/TTIP : à l’occasion de sa première séance, la nouvelle direction des Verts suisses a débattu des grands axes que suivra le parti ces prochains mois. Elle propose à son comité de lancer un référendum contre l’accord sur les services TISA et contre les privilèges fiscaux accordés aux paysans vendant du terrain à bâtir, si ces objets ne trouvent pas de résolution acceptable au parlement.


Plein d’élan en faveur d’une politique écologique et sociale

Lors de sa séance constitutive qui s’est déroulée hier, la nouvelle direction des Verts suisses a débattu des grands axes du parti de ces prochains mois. Deux initiatives vertes seront soumises au verdict populaire cet automne : l’initiative pour une économie verte et l’initiative pour une sortie programmée du nucléaire. Une opportunité pour l’environnement, tout autant que pour l’économie locale.

Aliments équitables plutôt que TISA/TTIP
L’engagement des Verts contre les accords internationaux (TAFTA/TTIP) et TISA reste entier et prioritaire. En déposant leur initiative pour des aliments équitables l’automne passé, les Verts ont la bonne réponse au partenariat transatlantique sur le commerce et l'investissement  TTIP. Pour empêcher la sous-enchère écologique et sociale, des normes de qualité liant tous les partenaires commerciaux sont indispensables. Les chefs d’Etat de 23 pays espèrent signer l’accord sur les services TISA cette année encore. Dans ce contexte, la direction des Verts propose à son comité d’employer tous les moyens possibles pour arrêter ces négociations ou, en cas d’échec, pour que le peuple ait le dernier mot sur l’accord TISA, par le biais d’un référendum. De même pour TTIP, au cas où la Suisse devrait adhérer à cet accord néfaste.

Référendum contre les privilèges fiscaux accordés aux paysans vendant du terrain à bâtir
Par ailleurs, au cas où le Parlement déciderait de modifier la loi, la direction propose au comité de lancer un référendum contre le retour d’une imposition au rabais des réserves de terrains à bâtir de l’agriculture. Arguments verts à charge : son impact non seulement financier mais aussi sur la protection des terres agricoles, car elle en encouragerait la vente alors qu’il s’agit de les préserver. Le jugement du Tribunal fédéral requiert une réglementation des cas de rigueur et des solutions pour les problèmes de mise en œuvre, comme le montre le cas du canton de Vaud.

Lisa Mazzone

"Notre réponse au virage à droite : proposer des alternatives, empêcher la sous-enchère."