Après ce vol en éclats, la prochaine réforme devra être encore plus sociale

Les Verts prennent acte avec regret du rejet de la « Prévoyance vieillesse 2020 », un compromis pourtant durement négocié. Les Verts continueront à se battre au Parlement, et si nécessaire par voie référendaire, pour des rentes sûres et contre l’affaiblissement de l’AVS. La Suisse a aujourd’hui besoin de plus, et non de moins de solidarité.

Les Verts regrettent le rejet de ce projet de réforme des retraites. Ce Non n’est pas seulement une victoire des privilégiés sur la Suisse sociale. A l’évidence, de nombreuses femmes n’ont pas non plus pu accepter de voir une partie de la réforme être financée par l’augmentation de l’âge de leur retraite. Et ce malgré des discriminations salariales persistantes et des tâches d’assistance et familiales insuffisamment prises en compte. « Ce Non de gauche a freiné l’élan de la campagne du Oui », explique Regula Rytz, présidente des Verts suisses. « Il est clair que tout vol des rentes et tout démantèlement unilatéral du système des retraites ne trouvera jamais de majorité. »

Les Verts attendent des opposants à la réforme qu’ils prennent leurs responsabilités et qu’ils collaborent à l’élaboration d’un projet équilibré pour débloquer notre système de prévoyance. Pour les Verts, un premier pas consisterait à augmenter rapidement la TVA pour financer les rentes AVS des baby-boomers. Le résultat des urnes montre que ce point de la réforme est beaucoup moins controversé que l’augmentation de l’âge de la retraite pour les femmes. Assurer rapidement le financement de l’AVS donnera au Parlement du temps pour ficeler un nouveau paquet. Celui-ci devra garantir les retraites de la prochaine génération et mieux prendre en compte les ruptures de carrière et la pénibilité de l’emploi.

Avec leur propagande mensongère, teintée de « fake news », le PLR, l’UDC, Economiesuisse et l’USAM ont créé une belle pagaille ! Il leur est donc conseillé de ne pas forcer le passage avec des propositions de démantèlement. « Les Verts combattront de toutes leurs forces un affaiblissement de l’AVS et une augmentation de l’âge de la retraite à 67 ans », déclare Regula Rytz. Les Verts rejettent également les projets de l’UDC et du PLR visant à renforcer massivement le 2e pilier avec une forte augmentation des cotisations salariales que ni employeurs, ni employés ne peuvent se permettre. Regula Rytz en est convaincue : « Seuls les lobbys des assurances se frotteront alors les mains. Et seul le renforcement de l’AVS a un caractère social. »