Pour un congé parental sur le modèle scandinave

Initiative pour un congé paternité

Les Verts regrettent que le Conseil fédéral recommande de refuser l’initiative « Pour un congé de paternité raisonnable – en faveur de toute la famille », et ce sans même lui opposer de contre-projet. Le groupe parlementaire des Verts a aujourd’hui décidé de proposer son propre contre-projet inspiré du modèle scandinave, modèle qui a fait ses preuves. La Suisse doit enfin aller de l’avant pour mieux concilier travail et famille.

En matière de politique familiale, le Conseil fédéral est en retard d’un siècle. Il a non seulement décidé de rejeter l’initiative « Pour un congé paternité raisonnable » mais également de mettre un terme au programme d’impulsion pour la création de places d’accueil extrafamilial – pour ne citer que ces deux exemples récents. Mieux concilier les vies familiales et professionnelles n’est décidément pas sa priorité. Aucun espoir non plus du côté des partis bourgeois : le contre-projet du PDC à l’initiative sur le congé paternité ne contribuera en rien à davantage d’égalité entre les sexes. Et quant au PLR, il remet simplement en question le congé maternité ! Ces deux propositions ne sont pas acceptables pour les Verts.   

Les Verts proposent un congé parental de 14 semaines
Le contre-projet du groupe parlementaire Vert s’inspire d’un modèle qui a fait ses preuves, le modèle scandinave. En plus du congé maternité de 14 semaines, les Verts proposent un congé parental également de 14 semaines à se partager au sein du couple (hétéro- ou homosexuel) dans l’année qui suit la naissance – dont au moins 8 semaines devraient être prises par le père ou la partenaire de la mère.  

Pour les Verts, le constat est clair : la Suisse doit enfin aller de l’avant pour améliorer la conciliation entre vies familiales et professionnelles. Sans véritable congé paternité ou égalité salariale, cette conciliation tellement nécessaire restera lettre morte. Un véritable congé parental serait un plus pour l’économie et la société dans son ensemble. Et un pas vers davantage d’égalité – comme le modèle scandinave le prouve.