Lisa Mazzone à propos de l’initiative anti-droits humains de l’UDC

Nous combattrons de toutes nos forces l’initiative anti-droits humains. Les droits humains nous protègent – y compris lorsque l’Etat vient à abuser de son pouvoir. Nous ne laisserons pas l’UDC nous retirer ce bouclier!

Le Conseil des Etats débat aujourd’hui de l’initiative populaire de l’UDC «Le droit suisse au lieu de juges étrangers». Les Verts rejettent cette initiative avec la plus grande fermeté car elle attaque frontalement les acquis les plus fondamentaux de notre pays : elle mine la protection des minorités, l’Etat de droit, nuit aux intérêts de la Suisse et à sa crédibilité.

En cas d’adoption de cette initiative, la Suisse devrait résilier la Convention européenne des droits de l’homme (CEDH). Or cet accord protège aussi les habitant-e-s de la Suisse si l’Etat vient à agir de façon d’arbitraire et à abuser de son pouvoir. Nous ne pouvons pas nous passer de cet instrument essentiel pour la protection des plus faibles de notre société.

De plus, la Suisse, petit pays en contact étroit avec des Etats plus grands, plus puissants, a intérêt à ratifier d'accords internationaux tels que la CEDH. Cette convention est aussi importante pour sa réputation et pour ses relations économiques, au même titre que les accords bilatéraux avec l’UE qui seraient également menacés en cas d’adoption de l’initiative.