Sous réserve d’autres décisions des instances du parti Oui au contre-projet à l'initiative « Pour la sécurité alimentaire »

Il s’agit d’un nouvel article constitutionnel sur la sécurité alimentaire. D’une part, celui-ci charge la Confédération de prendre des mesures dans différents domaines afin d’assurer l’approvisionnement de la population en denrées alimentaires. Objectifs : sauvegarder les terres agricoles, produire de manière localement adaptée et économe en ressources naturelles, promouvoir une agriculture et un secteur agroalimentaire concurrentiels et un traitement des denrées ménageant les ressources (en particulier en évitant les pertes ou le gaspillage). D’autre part, elle devra prendre en considération les importations de denrées nécessaires à l’approvisionnement, en aménageant les relations commerciales internationales de manière à contribuer au développement durable de l’agriculture et du secteur agroalimentaire.

L’arrêté est un contre-projet direct à l’initiative « Pour la sécurité alimentaire », que l’Union suisse des paysans a déposée en juillet 14. Les Verts ne l’ont soutenue ni lors de la récolte de signatures, ni au Parlement. En mars de cette année, le comité d’initiative l’a retirée au profit du contre-projet direct. Nous ne votons par conséquent que sur ce dernier.

Le contre-projet reprend deux revendications centrales de notre initiative pour des aliments équitables, d’une part en exigeant davantage de durabilité dans les importations agricoles et d’autre part en luttant contre le gaspillage alimentaire. Au Parlement, les Verts se sont en outre engagés pour arriver à un contre-projet direct consensuel clarifiant de manière approfondie la question de la sécurité alimentaire dans la Constitution.

Arguments verts en faveur du Oui

1. Pour de bonnes denrées alimentaires, produites de manière durable
Une chose a toujours été claire pour les Verts : seule une agriculture produisant de manière durable peut assurer l’approvisionnement alimentaire de la population, que ce soit en Suisse ou à l’étranger. La sécurité alimentaire suppose de conserver les conditions de production, de ménager les ressources naturelles et de ne surexploiter ni la population ni la nature.

Les acquis de la Suisse dans ces domaines ne doivent pas être sacrifiés par des importations bradées issues d’une production non durable. Celles-ci entraveraient les futurs efforts pour rendre la politique agricole plus écologique et respectueuse des animaux. Car celle-ci souffre encore de grosses lacunes : pollution de l’eau, du sol et de l’air, atteinte à la biodiversité, utilisation excessive de nitrates, phosphore ou pesticides. Et il est également nécessaire d’améliorer l’élevage.

Il est par conséquent très réjouissant que le nouvel article constitutionnel exige que les relations commerciales internationales soient au service du développement durable de l’agriculture et du secteur agroalimentaire. Il reprend ainsi une revendication de l’initiative verte pour des aliments équitables.

2. Protéger nos précieuses terres agricoles
Le nouvel article constitutionnel accorde une importance particulière à la protection des terres agricoles et à leur rôle dans la sécurité alimentaire. C’est vital. La perte de terres agricoles est souvent irréversible, les zones construites ont augmenté de manière exponentielle et la révision de la loi sur l’aménagement du territoire n’arrive pas à en stopper le mitage.

Plusieurs initiatives cantonales vertes, ainsi que celle des Jeunes Verts « Stopper le mitage – pour un développement durable du milieu bâti (initiative contre le mitage) » demandent également de mieux protéger les terres agricoles. Que cette revendication soit intégrée au contre-projet est un succès Vert et consolide leur engagement pour préserver nos précieuses terres agricoles.

3. Consolider une politique agricole d’avenir
Les Verts soutiennent la politique agricole, telle qu’elle a été décidée par le Parlement pour les années 2014-17 et confirmée pour 2018-21. La «Politique agricole 2014-17» est un pas supplémentaire essentiel pour rendre l’agriculture durable. Ses objectifs sont : produire des aliments, élever des animaux, prendre soin des terres agricoles, protéger les ressources. Le nombre croissant de fermes bio et la popularité des aliments produits de manière durable auprès des consommatrices et consommateurs témoignent du succès de cette politique. Mais la prochaine étape sera d’y ajouter la protection du sol, de l’air et de l’eau. Le nouvel article constitutionnel sur la sécurité alimentaire confirme cette politique et la consolide.

Robert Cramer

conseiller aux Etats GE

 

«OUI le moment est venu de mettre fin au gaspillage des aliments, de s’attaquer aux importations inéquitables de nourriture, de renforcer la protection des terres agricoles. Votons OUI le 24 septembre.»