Adèle Thorens' Rede im Parlament (Auf Französisch)

Discours d’entrée en matière au parlement

Adèle Thorens  
Le groupe des Verts vous demande d’entrer en matière. Peu après l’accident nucléaire de Fukushima, le Conseil fédéral a pris une décision courageuse et responsable, en refusant d’autoriser la construction de nouvelles centrales. Nous devons urgemment apporter des réponses aux questions que cette décision nous pose :

- Comment va-t-on, d’une part, gérer la fin de vie de nos vieilles centrales?

- Et comment va-t-on, d’autre part, remplacer l’électricité qu’elles produisaient? 

Nos vielles centrales constituent aujourd’hui déjà un danger pour la population. Beznau, la plus vieille centrale nucléaire en fonction dans le monde, ainsi que Mühleberg, ne correspondent plus aux exigences de sécurité actuelles et sont, malgré cela, toujours en activité. C’est inacceptable.

L’émotion liée à Fukushima est maintenant retombée et les nombreuses promesses émises à l’époque – souvenez-vous, la quasi totalité des partis étaient devenue anti-nucléaires - sont oubliées. Beaucoup pensent à nouveau que le risque d’un accident nucléaire est supportable. Pourtant, les conséquences d’un tel accident seraient si dramatiques pour notre pays, qu’il est irresponsable de prendre un tel risque, alors que des alternatives existent. Plus de 30'000 projets d’énergies renouvelables sont
sur la liste d’attente de la RPC! Leur potentiel de production est comparable à celui de nos trois plus vieux réacteurs, qu’attendons-nous ?

Les Verts vous demandent dès lors, d’une part, de fixer un délai raisonnable pour le retrait du réseau de nos centrales nucléaires obsolètes et, d’autre part, d’investir avec fermeté dans le développement des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique, afin d’assurer la sécurité de notre approvisionnement, de renforcer notre indépendance énergétique et de créer des emplois et de la valeur ajoutée en Suisse.

Aux yeux des Verts, la Stratégie énergétique ne constituera une stratégie de sortie ordonnée du nucléaire et un tournant énergétique dignes de ce nom que si elle comprend ces deux points. Nous en sommes loin, avec un texte qui ne comprend aucun délai pour l’exploitation de nos centrales et qui permettrait le maintien de leur activité au-delà de 60 ans ! Une durée d’exploitation si longue, que personne ne l’imaginait avant Fukushima, quel paradoxe ! Les objectifs de développement des énergies renouvelables sont en outre si bas qu’ils correspondent à un ralentissement du rythme de leur croissance actuelle ! Ce n’est pas sérieux.

Je vous demande, au nom des Verts, qui se battent pour elle depuis plus de 30 ans, d’affronter enfin la transition énergétique, d’entrer en matière sur la Stratégie énergétique 2050, et d’en combler les lacunes. L’avenir n’est pas à la prolongation de technologies dangereuses et obsolètes, à coup de centaines de millions. L’avenir et aux renouvelables et à l’efficacité énergétique. Et il commence maintenant.