Keine olympischen Spiele ohne Mitsprache der Bevölkerung

Nachdem der Kanton Graubünden einer Kandidatur für die olympischen Spiele eine deutliche Abfuhr erteilt hat, muss die Bevölkerung auch beim Projekt „Sion 2026“ mitreden können.

Der Exekutivrat von Swiss Olympic hat heute bekanntgegeben, dass er die Kandidatur des Projekts „Sion 2026 – Die Spiele im Herzen der Schweiz“ offiziell für die olympischen Winterspiele 2026 lancieren will. Dieser Entscheid muss im April noch vom Sportparlament bestätigt und danach vom Bundesrat beurteilt werden.

Die Grünen fordern in aller Deutlichkeit, dass sich die Bevölkerung zum Projekt „Sion 2026“ äussern kann. Im Gegensatz zum im Februar abgelehnten Projekt im Kanton Graubünden ist bei „Sion 2026“ zum jetzigen Zeitpunkt kein Referendum möglich. Die bisherigen finanziellen Beteiligungen der Kantone wurden von den jeweiligen Kantonsregierungen beschlossen und sind nicht dem Referendum unterstellt. Dies obwohl in Kantonen wie Graubünden oder Bern die finanzielle Beteiligung an olympischen Winterspielen abgelehnt wurde.

Die Grünen reichen morgen im Nationalrat eine Interpellation (siehe unten) mit Fragen zur demokratischen Legitimation, den finanziellen Auswirkungen und Aspekten der Nachhaltigkeit ein. Speziell im Bereich Verkehr und Sicherheit sind substanzielle Fragen offen. Zudem waren alle bisherigen Spiele defizitär. Die Grünen engagieren sich auf nationaler Ebene und auch in den betroffenen Kantonen Bern, Freiburg, Waadt und Wallis für die Mitsprache der Bevölkerung.

************************************************************************

Interpellation Lisa Mazzone

Le Conseil exécutif de Swiss Olympic a décidé le 7 mars que la Suisse se portait officiellement candidate aux Jeux 2026 avec le projet « Sion 2026 – les Jeux au cœur de la Suisse », décision qui devra être confirmée par le Parlement du sport de Swiss Olympic en avril.

  • Dans son communiqué du 2 décembre 2016, le Conseil fédéral indique que sa décision de soutenir cette candidature « dépendra du soutien de la population dans les régions et communes concernées ». Or, les décisions de soutenir la candidature ainsi que l’engagement financier y relatif ont été pris par les seuls Conseils d’Etat des cantons concernés et ne sont pas sujets à référendum. Comment le Conseil fédéral compte-t-il s’assurer du soutien des populations concernées ?
  • Le comité de Swiss Olympic ainsi que son Parlement du sport ont un pouvoir décisionnel majeur. Quelle base démocratique fonde leur légitimité ?
  • La contribution de la Confédération à cette candidature fera l’objet d’un message, à l’automne. Les montants prévus d’être débloqués seront-ils soumis à référendum ? Y aura-t-il une autre possibilité de consultation populaire avant l’été 2018, lorsque la candidature sera aboutie ?
  • Le projet « Sion 2026 » stipule que « le retrait hypothétique de l’un des quatre cantons porteurs en cours de Candidature ne remettrait pas en cause le projet et n’exclurait pas l’utilisation de certaines installations sans contribution cantonale ou communale ». Cette orientation est-elle fidèle à la volonté du Conseil fédéral de corréler les Jeux au soutien de la population ?
  • Le Conseil fédéral précise encore qu’il analysera la faisabilité financière du projet. Dans la mesure où l’organisation des Jeux olympiques s’est toujours soldée par un dépassement massif du budget, quelles garanties la Suisse compte-t-elle exiger de Swiss Olympic pour éviter les dépassements ? Des garanties de déficit seront-elles prévues et une clé de répartition entre la Confédération, les cantons et, éventuellement, les communes, sera-t-elle arrêtée pour couvrir le déficit ?
  • Le Conseil fédéral considère-t-il, alors que le réchauffement climatique est deux fois plus rapide sur l’arc alpin, que l’avenir du tourisme se trouve dans les sports d’hiver? Ne craint-il pas que la tenue des Jeux ne retarde la nécessaire adaptation du secteur touristique de montagne ?
  • Enfin, le CIO peut demander des modifications au projet susceptibles de remettre en question les objectifs de durabilité. Est-ce que le Conseil fédéral sera prêt à retirer son soutien si certains critères ne sont plus remplis ?

Interpellation Natalie Imboden (Kanton Bern)

Interpellation Vassilis Venizelos (Kanton Waadt)